7 films à voir au festival image+nation

Depuis 31 ans, image+nation s’impose comme le rendez-vous incontournable du cinéma LGBTQ à Montréal. Grâce à la magie du 7e art, le festival partage les histoires fictives et réelles de la communauté queer internationale d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

La programmation riche et variée porte un intérêt particulier au cinéma canadien et québécois, bien que de nombreux titres internationaux figurent au menu: de l’Inde à l’Israël, de l’Afrique du Sud à la Colombie, du Paraguay aux États-Unis, la sélection fait voyager! Au total, 34 longs métrages et documentaires seront présentés, en plus de quatre soirées dédiées aux courts métrages.

Pour vous aider à vous y retrouver, je vous ai préparé une sélection de mes coups de coeur du festival image+nation. Bon cinéma!

Sauvage

24 novembre, 21h15, au Cinéma Impérial

Premier long métrage du réalisateur français Camille Vidal-Naquet, Sauvage a été présenté au Festival de Cannes plus tôt cette année. À la fois dur et tendre, le film raconte l’histoire de Léo, 22 ans, qui vit dans la rue et se prostitue depuis des années, mais n’a aucune envie d’en changer. Sa quête de l’amour absolu culmine lorsqu’il rencontre Ahd, un hétéro qui échange lui aussi son corps contre de l’argent. Jusqu’où ira leur histoire impossible?

Queerment Québec

26 novembre, 19h, au Centre Phi

Cette soirée spéciale de courts-métrages et de discussions célèbre le talent des artistes d’ici. Entre réalisateurs émergents et cinéastes bien établis, le programme éclectique donne un aperçu de différents points de vue queer typiquement québécois.

Daddy Issues

27 novembre, 21h, au Cinéma Moderne

La Californie en toile de fond. Un personnage d’instagrammeuse professionnelle. Un triangle amoureux queer impliquant un sugar daddy. Une signature visuelle fantaisiste et sucrée – à l’image de la protagoniste, Maya, 19 ans, dont les cheveux roses et les tenues colorées accrochent le regard. Les éléments sont rassemblés pour faire de Daddy Issues un film qui s’adresse aux milléniaux. Allez jeter un coup d’oeil à la bande-annonce… Envoûtant.

We the Animals

28 novembre, 19h, au Cinéma Impérial

L’adaptation cinématographique du premier roman de Justin Torres a été comparée à Moonlight, à Where the Wild Things Are et à Beasts of the Southern Wild. Réalisé par le documentariste Jeremiah Zagar, le film explore les thèmes de l’enfance, de la famille et de l’amour à travers l’histoire fusionnelle de trois frères et de leur vie familiale dysfonctionnelle. Pressenti pour plusieurs nominations aux Oscars, il s’agit véritablement d’une pépite à ne pas manquer.

À noter que l’auteur Justin Torres participera à The Violet Hour, une soirée de lecture de textes par des auteurs LGBTQ qui se déroulera le 27 novembre au Stock Bar. Il assistera également à la projection du film, qui sera suivie d’une période de questions.

Postcards From London

29 novembre, 19h, au Cinéma Impérial

Un autre long métrage à la facture visuelle percutante. Dans ces ténèbres éclairées au néon, chaque scène se présente soit comme un tableau baroque, soit comme une carte postale pop art. On y suit les aventures de Jim, jeune Adonis fraîchement débarqué à Londres, qui intègre un réseau d’esthètes-dandy obsédés d’art. Comme eux, Jim vend son corps de dieu grec à prix fort, tant aux clients à la recherche d’amour charnel qu’aux artistes en quête de modèles. Du bonbon pour les yeux.

The Miseducation of Cameron Post (La rééducation de Cameron Post)

2 décembre, 15h, au Cinéma J A De Sève de l’université Concordia

Cette adaptation du roman jeunesse de la romancière Emily M. Danforth a remporté le grand prix du jury au dernier festival de Sundance. Campée dans le Montana des années 90, la rééducation en question est celle de Cameron Post, incarnée par la talentueuse Chloë Grace Moretz. Prise en flagrant délit avec une amie lors de son bal de graduation, l’adolescente est envoyée par sa famille conservatrice à God’s Promise, un pensionnat religieux où l’on pratique la thérapie de conversion. Avec humour et impertinence, le film révèle les obstacles qu’il faut parfois affronter pour parvenir à s’accepter.

Un couteau dans le coeur

2 décembre, 19h30, au Théâtre Hall de l’université Concordia

Ce thriller français, présenté en clôture du festival, met en vedette Vanessa Paradis dans la peau d’une productrice lesbienne de pornos gays. Alors qu’elle s’attaque à un ambitieux projet, elle doit faire face à un tueur en série qui assassine ses acteurs l’un après l’autre, au moyen d’un gode géant muni d’une lame acérée. Dans ce long métrage surréaliste, Yann Gonzalez rend hommage aux films d’horreur italiens des années 70. Qu’on aime ou qu’on déteste, Un couteau dans le coeur ne laisse personne indifférent!


Le festival image+nation se déroule jusqu’au 2 décembre. Pour l’horaire complet : www.image-nation.org

Photos : gracieuseté image+nation

Aussi par Lauren : L’amour : le drame d’une victime devenue bourreau

Les mondes imaginaires de Lior Shoov

Lauren Robillard

Foodie végé assumée, fan de cinéma, d'art et de culture, Lauren s'était donné pour mission de faire découvrir le meilleur de la métropole à son amoureux français. Ayant converti celui-ci, elle partage désormais ses trouvailles avec un plus large public. Quand elle ne recherche pas de nouveaux endroits ou événements inusités, elle parcourt la ville à pied ou à vélo, armée de sa caméra et de son enthousiasme débordant.

Lauren Robillard has 10 posts and counting. See all posts by Lauren Robillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *