Amis Farceurs : un spectacle doublement drôle

L’idée est géniale : deux Amis Farceurs, 30 minutes de stand-up chacun, une heure d’humour francophone. C’est ce que vous proposent Pierre-Luc Racine et Samuel Bergeron dans le cadre du Festival St-Ambroise FRINGE de Montréal.

Pour avoir un aperçu de ce que vos nouveaux Amis Farceurs vous réservent, ils ont accepté de répondre à nos questions sur leur spectacle, ainsi que nos 5 questions sur Montréal!

– Comment avez-vous préparé ce spectacle?

Samuel: Cela fait respectivement 3 et 4 ans que Pierre-Luc et moi faisons de l’humour, écrivons des blagues et, par le fait même, accumulons du matériel. C’est en accumulant suffisamment de matériel et d’expérience scénique que nous avons construit ce spectacle.

– Pourquoi avez-vous décidé de faire partie du Festival Fringe?

Pierre-Luc: Pour plusieurs raisons, mais l’une d’elles a trait aux conditions inégalées par les autres festivals d’humour de Montréal. Nous savons que 100% des recettes de la billetterie (sauf les frais de service) nous reviennent directement, ce qui est une belle marque de respect des artistes de la part du Fringe. En plus, nous avons plusieurs dates dans différentes conditions pour faire des représentations différentes. De plus, Fringe nous donne carte blanche pour notre spectacle et cette marque de confiance est rare dans les festivals.

– Trouvez-vous que Montréal est une bonne ville pour les humoristes?

Samuel: C’est l’une des meilleures! Sur bien des points, elle rivalise avec des grandes villes d’humour comme New York et Los Angeles. Il n’y a qu’à penser au mythique festival Juste Pour Rire et au fait que la série « Comedians around the World » mettant en vedette 47 humoristes des quatre coins du monde fut captée entièrement à Montréal! Montréal a d’ailleurs pour principal atout de rejoindre l’humour anglophone et francophone de par son histoire et sa culture, ce qu’aucune autre grande ville ne peut véritablement faire.

– Expliquez-nous en quelques mots pourquoi on devrait venir voir votre spectacle 🙂

Pierre-Luc: Parce qu’il met en vedette deux humoristes des plus prometteurs de la relève humoristique québécoise, parce qu’il est unique en étant le seul spectacle de « stand-up » francophone du Fringe, et surtout parce que 10$ pour voir ces deux jeunes talents, c’est une opportunité totalement en or considérant qu’il sera un jour 4 fois plus cher de se procurer un billet pour un seul d’entre eux!

Mes endroits préférés à Montréal sont:

– pour un café (ou thé!)

Samuel:  Le Bela Vista, coin Papineau-Beaubien. Ils ont un décor vibrant, la meilleure sélection musicale pour accompagner mon humeur changeante, d’excellentes pâtisseries et parce que c’est grâce à moi si le Chaï Latté a fait son apparition sur le menu. Essayez-le avec une « Pastel de Natas » à la noix de coco, vous allez tomber amoureux!

– pour manger

Samuel et Pierre-Luc (On n’est pas ami pour rien!) :  « Paulo et Suzanne », un petit restaurant style « diner » sans prétention au Nord de l’île, ouvert 24h sur 24. J’adore cet endroit pour deux raisons : Un, le cachet qu’on retrouve dans tous les bons diners, avec leurs bancs en cuirette, le comptoir en damier rouge et noir et les articles de journaux encadrés relatant les concours remportés et les visites de vedettes. Et deux, la poutine est tout simplement inégalée ; l’un des rares endroits où le fromage fait VRAIMENT *squish-squish*!

– pour me dorloter

Pierre-Luc: Les artistes, on aime ça être payé en argent et on trouve ça plate quand ce n’est pas le cas. Cela étant dit, j’accepterais une carte cadeau des Bains Scandinaves dans le Vieux-Port n’importe quand!

– pour relaxer

Samuel: Les salons à shisha, notamment les cafés Gitana et Hooka Lounge, tous deux dans le Quartier Latin. La shisha est l’un des rares endroits où je me sens justifié de m’écraser sur ma banquette.

– pour danser

Pierre-Luc: Dans mon salon. Je ne veux pas faire vivre ce visuel à quiconque sur la terre!

Quel est ce je-ne-sais-quoi qui rend Montréal si différente des autres villes du monde?

Samuel: – Le bilinguisme et son ouverture sur le monde. Le fait qu’elle soit juste assez grosse pour avoir une ligne de métro, mais assez petite pour que tu sois à 1h15 de voiture d’un chalet tranquille en Estrie.
Pierre-Luc: J’aime que Montréal soit bouillante de culture. Juste se promener dans la ville et voir le street art est une activité que j’aime faire.

Pour moi, être Montréalais, c’est…

Samuel: Le passage à la vie adulte. J’ai emménagé à Montréal à l’âge de 23 ans, pour me rapprocher de mes études universitaires puis pour développer ma carrière d’humoriste et cela fait deux ans que j’habite seul. Je ne dis pas que ceux qui demeurent hors de l’île sont des enfants, mais dans mon cas, emménager à Montréal, vivre seul et s’acquitter de toutes les responsabilités que cela comporte fut nécessaire à mon développement et à la personne que je suis aujourd’hui.

Pierre-Luc: être libre. Je n’ai pas besoin de voiture. Pas besoin de tondre la pelouse. Pas besoin de gratter la neige dans mon entrée. Je peux me rendre d’un coin à l’autre de notre métropole très rapidement en lisant des articles sur internet. Le best!

Quels sont vos endroits préférés à Montréal?

Samuel: Est-ce que je peux répéter « mon appartement »? Blague à part, je suis particulièrement attaché au restaurant déjeuner « La Grand-mère Poule » dans la Petite-Patrie. Je suis un grand admirateur de resto à brunch et je peux en recommander plusieurs, mais la Grand-mère Poule mérite mon coup de coeur. J’aime son emplacement, j’aime ses décors, j’aime un peu trop ses oeufs Bénédictines et ses pommes à la cannelle. Je n’exagère pas en disant que j’y irais chaque jour.

Pierre-Luc: J’ai réalisé récemment que cela fait plus de 10 ans que je fréquente mon bar de quartier, les Verres Stérilisés! C’est rendu une deuxième maison pour moi. J’adore cette ambiance taverneuse qui nous permet de dire n’importe quoi et de niaiser à souhait.

Si j’étais maire de Montréal, la première chose que je ferais c’est…

Samuel: La première chose serait d’augmenter le nombre de pistes cyclables sécuritaires sur les artères principales de la ville. Je suis un cycliste estival et je fais le voeu que les rues Jarry et Jean-Talon en possèdent une un jour! J’ai récemment constaté l’avancement des travaux sur la Plaza St-Hubert et j’ai hâte d’y cycler en toute quiétude!

Pierre-Luc: Démissionner! Je ne suis clairement pas qualifié pour ce poste!

Pour vous procurer des billets pour le spectacle des Amis Farceurs, c’est par ici: https://montrealfringe.ca/organizer/amis-farceurs/?lang=fr

Es-tu malade?! : Une plateforme pour sensibiliser les jeunes à la santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *