Carmina Burana des Grands Ballets Canadiens de Montréal

J’ai assisté à la première de Carmina Burana des Grands Ballets Canadiens de Montréal et j’ai été fortement marquée par l’expérience. À la salle Wilfrid-Pelletier, le 3 octobre, les ballets d’Edward Clug – Stabat MATER et Carmina Burana -, m’ont fait comprendre l’exceptionnelle qualité des pièces présentées à la Place des Arts.

Stabat MATER – la mère se tenait debout

150 artistes sont sur scène pour ces deux oeuvres du chorégraphe roumain qui valent d’être vues. Stabat MATER de Clug a été présenté pour la première fois en 2017 à Montréal et avait été hyper bien reçu. Je l’ai découverte en tant que néophyte, et je peux dire que j’ai été touchée. Aucun besoin de connaître le synopsis pour comprendre ce qui se joue sur la scène : c’est la passion du Christ et le déchirement de la Vierge, la douleur, l’émotion…

Les danseurs sont brillants, parfaits. Superbes.

Carmina Burana photo des danseurs sur la scène

Carmina Burana – le legs de l’être humain

Après un entracte de 20 minutes, les premières notes du O Fortuna ont retenti dans la salle, confirmant que le spectacle que nous allions voir allait être d’une intensité phénoménale. Vêtus de costumes rouge et noir, les danseurs se sont exécutés, laissant les spectacteurs profiter du superbe spectacle.

Je ne suis pas une critique de ballet, mais je sais que ce que j’ai vu vaut la peine d’être vu, d’être vécu. Les danseurs sont accompagnés de l’Orchestre des Grands Ballets (plus de 70 musiciens!) et d’un choeur composé de 40 choristes. En solo, pour notre plus grand plaisir auditif, les chanteurs Aline Kutan, Spencer Britten et Dominique Côté.

Autant pour les yeux que pour les oreilles, Stabat MATER et Carmina Burana sont des pièces à être découvertes. Je vous conseille de vous rendre à la Place des Arts afin d’être témoins de ces fabuleuses productions. Vous avez jusqu’au 19 octobre pour en profiter.

Pour plus de renseignements ou pour vous procurer des billets, cliquez ici.

Photos gracieuseté des Grands Ballets Canadiens de Montréal

Eugène Onéguine à la Salle Wilfrid-Pelletier : un opéra romantico-dramatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *