Isabelle Huot nous dévoile ses trucs pour tenir nos résolutions alimentaires

Mieux manger, cuisiner plus souvent, devenir végétarien, perdre du poids… Quand on pense aux résolutions que l’on promet de tenir en début d’année, ça tourne souvent autour de la façon dont on se nourrit. Malheureusement, les bonnes intentions finissent parfois par être délaissées, à notre grand dam. Pour ne pas abandonner vos résolutions alimentaires cette année, Isabelle Huot a accepté de nous dévoiler quelques trucs!

Avec plus de 25 années d’expérience en tant que nutritionniste, disons qu’elle sait de quoi elle parle.

Les résolutions liées à la perte de poids

Un classique, la perte de poids est courante dans les résolutions de nouvelle année. Si l’intention est bonne, pourquoi arrive-t-on rarement à accomplir cette résolution?

« La plupart du temps, les objectifs qu’on se donne ne sont pas réalistes, nous confie Isabelle Huot. On ne peut pas tout changer en même temps. »

Plutôt que de se fixer une perte de poids drastique, Isabelle Huot mise plutôt sur un but plus réaliste. « Un objectif de perdre 4 ou 5 livres par mois, c’est pas mal plus encourageant. Si un mois on ne perd que 3 livres, c’est moins pire, on se reprend le mois prochain. »

Aussi, Isabelle Huot nous rappelle de ne pas trop mettre l’emphase sur les chiffres de la balance. « Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer que le poids ne change pas rapidement, comme la rétention d’eau. Aussi, on ne veut pas que le poids devienne une obsession. Il faut apprendre qu’il y a d’autres bénéfices à perdre du poids, comme mieux dormir, avoir plus d’énergie, être de meilleure humeur… »

Laissez faire la pesée quotidienne, et concentrez-vous sur le bien que ça vous fait!

Isabelle Huot au restaurant LOV

Être positif

La nutritionniste suggère de tenir un journal alimentaire afin de constater ce que l’on mange, mais uniquement à court terme.

« On peut le faire pour se rendre compte de tout ce que l’on consomme, pour prendre conscience. Toutefois, je suggère plutôt de noter la faim et la satiété. Le fait de tenir un journal pour prendre conscience de comment on se sent lorsqu’on grignote le soir par exemple. Étais-je déprimée, fatiguée? Étais-je anxieuse? Y a-t-il d’autres activités que j’aurais pu faire qui aurait mieux répondu à mes émotions? »

L’échelle de la faim et la satiété est assez simple. On note sa faim de 1 à 10, 1 étant la faim extrême (Faiblesse et fatigue extrêmes) et 10 étant le sentiment d’avoir beaucoup trop mangé (On devient inconfortable, on a l’impression qu’on va être malade). On devrait commencer à penser à manger lorsque la faim se fait ressentir seulement (à 4), et arrêter de manger quand on arrive à ne plus sentir la faim (à 5). Le problème, c’est qu’on mange souvent jusqu’à ce qu’on n’en puisse plus.

Isabelle Huot suggère aussi de tenir un journal des progrès, mais qui n’est pas axé sur la perte de poids en livres. On commence par prendre ses mensurations au jour 1, et noter les changements. On note aussi les améliorations que l’on ressent : le sommeil, les humeurs, etc.

Bien s’entourer

« Un bon truc pour la perte de poids ou mieux manger, c’est de s’entourer, de le faire avec des collègues, son conjoint, ses amis, explique la nutritionniste. Ensemble vous aurez un meilleur succès. »

Oui, mais quand on vit à Montréal, on est pressé, occupé, stressé… Je n’ai pas le temps de bien manger…

Cette excuse n’est pas étrangère à Isabelle Huot. « C’est souvent les mêmes excuses que j’entends : je n’ai pas le temps de bien manger, je n’ai pas le temps de m’entraîner… Il faut faire comme avec toutes les autres activités : bloquer du temps et le mettre à son agenda. »

Son truc personnel? Elle va au gym avec un entraîneur privé. « Ça me motive de savoir qu’il m’attend. » On peut avoir recours aux services d’un entraîneur pour quelques séances seulement, question de créer l’habitude d’aller au gym et de se donner de la motivation.

Aussi, elle suggère de préparer la nourriture à l’avance, la fin de semaine par exemple. Préparer, nettoyer et couper vos fruits et légumes à l’avance. Préparez-vous des crudités, ou des potages.

C’est trop cher bien manger!

Isabelle soutient que de se faire à manger est beaucoup plus économique, surtout si on réduit sa consommation de protéines animales. « Les légumineuses et le tofu, par exemple, sont moins chers que la viande. Acheter un poulet entier au lieu des poitrines de poulet déjà préparées et faire plusieurs repas avec coûte également moins cher. »

Comment parer à la baisse de motivation?

La motivation a souvent tendance à baisser. Une nutritionniste est là pour vous donner des trucs, des conseils, mais aussi vous soutenir sur le plan émotionnel. Pour ceux à qui ça ne convient pas, Isabelle Huot suggère de s’inscrire à des groupes sur Facebook, comme celui de Kilo Cardio et de Kilo Solution. C’est parfait pour discuter, partager des trucs, se rassembler.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, toutes ces astuces me redonnent du courage! Je me souhaite – et je vous souhaite à vous également – une année 2019 pleine de bonne bouffe, de santé et d’alimentation saine!

Pssst! Je ferai bientôt l’essai des repas de la gamme de Kilo Solution. Isabelle Huot a lancé cette gamme pour ses clients qui n’avaient pas assez de temps pour cuisiner. Je vous raconte mon expérience très bientôt! 

Isabelle Huot

Pour plus de renseignements ou pour prendre un rendez-vous, rendez-vous sur la page Internet : http://kilosolution.com/

Quelles seront les tendances alimentaires en 2019?

Photos gracieuseté Isabelle Huot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *