Lucia di Lammermoor : le drame italien à son meilleur

L’Opéra de Montréal a encore une fois su ravir ses amateurs avec une prestation irréprochable pour Lucia di Lammermoor, une pièce de Gaetano Donizetti. Avec ses trois actes, tous aussi époustouflants visuellement qu’auditivement, Lucia di Lammermoor est à voir!

Pour les amateurs du genre, on dira que la production est brillante, bien contrôlée et gracieux. La mise en scène est élégante, avec juste assez de détails dans les décors pour rendre justice à l’atmosphère tragique de l’histoire. On applaudit le choix des rôles, qui donnent vie aux personnages colorés de la pièce.

Une tragique histoire d’amour

Bien que je m’attendais peut-être à un peu plus d’émotions, je ne peux pas dire que j’ai été déçue pour autant. Les voix, surtout celle de Kathleen Kim qui campe le personnage de Lucia di Lammermoor, sont impeccables. Kim est solide et possède une voix riche et puissante. Lucia est fiévreusement amoureuse d’Edgardo (Frédéric Antoun), l’ennemi juré de son frère. Edgardo est en danger et doit s’enfuir en France, non sans avoir promis l’amour éternel à Lucia.

Le frère, Enrico, veut que Lucia épouse Arturo (Mario Bahg), et manigance pour qu’elle pense que son amoureux a préféré unir sa vie avec une autre. Il réussit à la convaincre de marier Arturo, et la cérémonie a lieu.

Dans la tourmente, le cœur lourd et brisé, après une dure noce, Lucia regrette et fini par tuer son mari et se suicider. Lorsqu’Edgardo apprends le trépas de sa promise, il décide de mettre fin à sa vie également.

Je ne vous en dira pas plus, mais je vous conseille d’aller voir cet opéra!

PRÉOPÉRA : une présentation pré-concert gratuite aura lieu une heure avant chaque représentation au Piano Nobile de la Place des arts. Animation : Pierre Vachon, musicologue

Lucia di Lammermoor à l’Opéra de Montréal

Kathleen Kim (Lucia), Frédéric Antoun (Edgardo), Gregory Dahl (Enrico), Oleg Tsibulko (Raimondo), Mario Bahg (Arturo), Rocco Rupolo (Normanno), Florence Bourget (Alice). C’est Fabrizio Ventura qui est le chef d’orchestre de l’Orchestre Métropolitain. Avec le Chœur de l’Opéra de Montréal. Ne manquez pas les représentations du 12, 14 et 17 novembre.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Parce qu’on aime l’Opéra de Montréal : Eugène Onéguine à la Salle Wilfrid-Pelletier : un opéra romantico-dramatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *