Discussion avec le chanteur de Necrotic Mutation qui était de passage à Heavy Montréal!

Je travaille avec Sébastien Croteau depuis près de deux ans, et j’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour lui et son art. En plus de son emploi à temps plein, il est chanteur de heavy metal dans le populaire groupe Necrotic Mutation. Là, vous me faites une grosse grimace… « Steph, populaire et heavy metal, ça ne va pas dans la même phrase », me diront certains. Comme Sébastien dirait, c’est un groupe populaire parmi les impopulaires. D’ailleurs, parlant d’impopulaire, il a semé l’émoi récemment avec une lettre ouverte à l’ADISQ intitulée « Pour l’inclusion de la catégorie d’album MÉTAL au Gala de l’ADISQ« . Perso, je trouve que ça fait bien du sens en 2018. Mais bon, ceci n’est pas un texte d’opinion, mais bien une discussion avec le chanteur de Necrotic Mutation qui était de passage à Heavy Montréal!!! Félicitations guys!

Pourrais-tu m’expliquer comment habiter à Montréal t’a permis (ou pas) de faire de nouveaux projets avec ton groupe?

Pour un groupe de musique, le fait d’être à proximité des compagnies de disques et de distribution, des stations de radio et de télévision est un atout considérable. Par exemple, le fait d’être à Montréal nous a permis, en 1995, d’être le premier groupe death métal à passer à la télévision nationale dans le cadre de l’émission L’enfer, c’est nous autres qui était animée par Julie Snyder.

Ce passage à l’émission nous a permis de nous faire connaître par un bon nombre d’amateurs de métal partout en province.  Si nous n’avions pas eu l’occasion de rencontrer un des recherchistes de l’émission lors de notre lancement aux Foufounes Électriques, cela n’aurait pas été possible.

Est-ce qu’habiter Montréal t’aide dans ton « processus créatif » ou en tant qu’artiste?

Pour un chanteur/musicien, la richesse et la vitalité de la scène musicale d’ici m’a permis de découvrir des groupes qui ont changé ma perception de la musique et modifier profondément ma carrière.  C’est ici que j’ai entendu mon premier groupe de chants de gorge et ces chants sont devenus incontournables dans ma pratique artistique. C’est aussi ici que j’ai été en mesure de jouer dans la Ligue d’improvisation musicale, ce qui m’a obligé à sortir de mes zones de confort.  Le fait de pouvoir côtoyer autant d’artistes, toutes disciplines confondues est un des incroyables avantages de demeure à Montréal.

Parle-moi de ta journée à Heavy Montréal!

Nous avons la chance de compter dans nos rangs Éric Jarrin, le guitariste du groupe Despised Icon, qui est connu partout sur la planète. Disons que ça ouvre bien des portes, dont celles du Heavy Montréal. Et comme nous avons ressorti tout notre matériel en début d’année (CD-Compilation, vinyles, site Internet), on trouvait que c’était une bonne idée de se réunir pour un autre tour de piste.

Réunir deux générations de musiciens représentait tout un défi, mais nous avons travaillé très fort pour y arriver.  L’expérience sur scène était magique. La foule était au rendez-vous, le son était incroyable, tous les éléments étaient réunis pour donner une prestation mémorable et je crois sincèrement que nous avons réussi.

Nous avons passé la plus grande partie de la journée à pratiquer, à nous réchauffer, à manger et à profiter des voiturettes qui nous conduisaient un peu partout sur le site du festival. Nous sommes plutôt reclus quand il y a un spectacle, question de se concentrer sur notre prestation et de conserver notre énergie pour le spectacle. Nous avons quand même été voir quelques groupes. Nous sommes allés voir nos amis de NonHuman Era, Voivod et bien sûr, nous sommes allés voir l’excellent groupe Gojira.

Est-ce que Montréal est une ville ouverte au métal?

Montréal est une ville incroyable pour le métal. Le Heavy Montréal en est la preuve. On parle de 27 000 visiteurs cette année. Depuis 2008, on parle de 300 000 amateurs de métal qui y ont assisté. En plus de ça, il y a des centaines de spectacles de métal chaque année dans différents lieux de spectacles. Tous les groupes de renommée mondiale dans le milieu métal se font un point d’honneur d’avoir une date à Montréal lors de leur tournée.

De plus, la grande majorité des groupes métal qui brille sur la scène internationale proviennent ou sont situés à Montréal. Despised Icon, Cryptopsy, Kataklysm, Beyond Creation, Augury et j’en passe. Montréal est une véritable pépinière de talents  pour le métal. Un jour on devra nommer Montréal, ville métal par excellence en Amérique du Nord.

Quels sont tes 3 endroits préférés à Montréal?

J’aime bien boire du thé à La Maison de thé Camellia Sinensis et aller voir des spectacles métal au Pirhana Bar. Sinon, j’aime beaucoup me promener dans les allées des magasins de disque comme le magasin Freeson sur Mont-Royal.

Comment définirais-tu Montréal?

Euh…! Une magnifique métropole culturelle qui a malheureusement de nombreuses fuites (comme l’eau et les tuyaux ce n’est pas payant politiquement, on s’en préoccupe peu) et qui ressemble parfois à un éternel chantier de construction.  Malgré cela, Montréal est tout de même un endroit où il fait bon vivre et qui offre de nombreuses opportunités aux artistes d’ici et d’ailleurs.

Avez-vous des projets prochainement à Montréal?

Oui, nous allons sortir un nouveau disque en novembre et, le samedi 15 décembre prochain, nous jouerons en spectacle au National dans le cadre de La Grande Guignolée Underground avec nos amis de B.A.R.F., Cryptopsy et Insurrection.  Nous sommes aussi en train de travailler sur un documentaire sur le death métal qui devrait voir le jour l’année prochaine. Ce ne sont pas les projets qui nous manquent.

Pour en savoir plus sur Necrotic Mutation

Site Internet : www.necroticmutation.com/

Page Facebook : www.facebook.com/necroticmutation/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *