The Angel and The Sparrow: une histoire inattendue

Reprendre le rôle d’un artiste de renom et avoir l’air crédible en le faisant n’est jamais une mince affaire, alors reprendre le rôle d’artistes internationales de renom et oser reprendre certains de leurs plus grands succès est tout un exploit en soi. Le Centre Segal, nous présente jusqu’au 6 mai prochain l’histoire d’amitié et musicale de Marlene Dietrich et Édith Piaf: The Angel and The Sparrow. J’ai pu assister à l’avant-première la semaine dernière, je vous raconte ça en détail.

The Angel and The Sparrow: une histoire inattendue

Si je connaissais la magnifique Marlene Dietrich et la charismatique Édith Piaf par leur parcours individuel, je ne savais absolument pas qu’elles se fréquentaient ou qu’elles avaient eu une quelconque influence sur leurs carrières respectives. The Angel and The Sparrow, traduit de l’œuvre originale de Daniel Große et Thomas Kahry, relate avec génie cette période de leurs vies et l’adaptation d’Erin Shields contribue à nous replacer dans le contexte d’époques en lui donnant une autre dimension.

La pièce débute par une mise en parallèle des deux mondes des starlettes au moment de leur rencontre, Marlene dans toute sa sensualité qui s’impose sur le marché américain en s’essayant à la chanson et Édith, star française, très critique à l’égard de cette dernière, qui décide à son tour qu’il est temps pour elle de tenter sa chance en Amérique. Très vite elles font connaissance, et débute alors le récit de ce qui s’avère être un spectacle éblouissant.

0191_Louise Pitre and Carly Street_The Angel and the Sparrow 2017_photo by Leslie Schachter 0510_Carly Street_The Angel and the Sparrow 2018_photo by Leslie Schachter 0627_Carly Street_The Angel and the Sparrow 2018_photo by Leslie Schachter 8767_Louise Pitre_The Angel and the Sparrow 2018_photo by Leslie Schachter 8978_Louise Pitre, Carly Street_The Angel and the Sparrow 2018_photo by Leslie Schachter
<
>
Louise Pitre et Carly Street - Crédit photo : Leslie Schachter

Une pièce audacieuse et mélodieuse

Étant une fervente admiratrice de l’œuvre de Piaf, je dois avouer que j’avais une certaine appréhension : interpréter un personnage à la base si complexe peut s’avérer « casse-pipe » et nécessite une réelle transformation pour qu’elle soit crédible. Louise Pitre nous offre une prestation de haut vol reprenant parfaitement les mimiques, la gestuelle, la fragilité et l’intensité du personnage : je l’ai trouvé excellente. Pour ce qui est de la reprise du répertoire de ce monument de la chanson française, le public avait l’air subjugué, je pense donc que le pari était réussi.

Carly Street, n’est pas en reste puisque son interprétation du personnage très coloré, distingué et aux multiples facettes de Marlene Dietrich se démarquait parfaitement par ces répliques qui tombaient à pic et son aisance scénique.

Pour finir, j’ai un penchant pour l’art qui exploite à fond son sujet, sinon je n’en vois aucunement l’intérêt (ce sont mes goûts), et je dois avouer que j’ai trouvé très audacieuse la façon dont ils ont osé traiter « l’amitié » de ces deux étoiles. La bisexualité de Marlene Dietrich est abordée et il n’y a aucune ambiguïté faite quant au lien qui les unissait même s’il devient par la suite plutôt platonique.

Vous l’aurez compris, The Angel and The Sparrow est une pièce qui vaut le détour et que je recommande chaudement.

Centre Segal

5170, chemin de la Côte-Ste-Catherine
514 739-2301

https://www.segalcentre.org/fr

Pour se procurer des billets, cliquez ici.

 

Cindy Dormoy

Cindy, amoureuse de notre belle ville de Montréal et de nature curieuse, est toujours à l'affût des dernières tendances et nouvelles découvertes urbaines que ce soit seule ou accompagnée de ses deux acolytes de fils.

Cindy Dormoy has 30 posts and counting. See all posts by Cindy Dormoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *