Valentine Thomas : derrière le harpon, une mission

La dernière fois que vous avez mangé du poisson, vous êtes-vous demandé d’où provenait-il et comment a-t-il été péché? Si oui, avez-vous pu avoir une réponse? Si vous avez répondu oui, vous êtes une minorité. C’est une des raisons pour lesquelles Valentine Thomas s’est donné comme mission d’éveiller nos consciences au sujet de l’industrie de la pêche.

J’écoutais Radio-Canada lorsque j’ai entendu parler de Valentine pour la première fois. Elle a laissé tomber une carrière lucrative dans le domaine de la finance pour vivre de sa passion : harponneuse à temps plein. Tout récemment, elle a publié son tout premier livre (et on espère pas le dernier) dans lequel on peut en apprendre plus sur son histoire fascinante et pour partager de délicieuses recettes qu’on peut faire autant à la maison que sur le bord de la plage.

C’est donc au Burgundy Lion qu’avec Valentine et Daniel Notkin nous avons discuté des enjeux de garder nos yeux fermés sur la provenance de ce qui se retrouve dans nos assiettes.

De délicieuses huîtres sur le point d’être ouvertes par Daniel Notkin, accompagnées de Pur Vodka et de Gris Blanc
Photo : Passion MTL

La pêche au harpon : durable et moins cruel

Qu’est-ce que la pêche au harpon? Dans ce cas-ci, il s’agit d’une technique de pêche (ou de chasse) qui se fait en plongée. Le harpon est en fait une sorte d’arbalète qui ressemble à un fusil et se déclenche à l’aide d’une gâchette. D’une portée pouvant aller jusqu’à 5m, c’est considéré comme une arme de courte à moyenne portée.

En quoi est-ce mieux que la pêche au filet? Contrairement à cette méthode qui consiste à attraper un grand nombre de poisson, la pêche au harpon ne fait pas de victime accidentelle. Vous savez exactement quel poisson vous allez avoir et vous n’attraperez pas une autre espèce en même temps. Nous avons tous entendu parler de ces poissons non désirés et mammifères qui sont attrapés dans les filets. Souvent, ils souffrent pour plusieurs raisons et ne sont pas remis à l’eau. Ils meurent donc inutilement.

De plus, une personne ou un groupe de personnes qui pêchent au harpon savent exactement quelle quantité de nourriture elles ont à leur disposition. Il est impossible de faire de la surpêche et de gaspiller ainsi.

La recette de sashimi de Valentine
Photo : Passion MTL

Voter avec son portefeuille

Mais nous, monsieur madame tout le monde, comment peut-on faire mieux sans devenir des harponneurs à temps plein? Pour ma part, le poisson et les fruits de mer constituent facilement 25% de mon apport en protéines. Mais ce n’est pas demain que je vais faire une formation en plongée, m’acheter de l’équipement spécialisé, et me balader une fois par semaine dans le Saint-Laurent pour trouver mon repas. Une chance, de plus en plus d’outils sont à notre disposition pour faire des choix plus responsables.

C’est pour cela que la Marine Stewardship Council travaille de pair avec les entrepreneurs, de la pêche à la vente, pour permettre aux consommateurs de faire des choix éclairés. Faites l’exercice la prochaine fois que vous irez à l’épicerie. Comparez les conserves de thon et de saumon. Vous voyez le petit logo bleu MSC? Vous êtes sûr d’acheter un poisson issu de la pêche durable selon des critères stricts.

Plusieurs restaurants et poissonniers se sont donnés comme mission de servir surtout des spécimens issus de la pêche durable. La prochaine fois, n’ayez pas peur de poser la question. Vous pourriez être agréablement surpris de tous les efforts déployés par certains pour protéger nos mers et nos océans même s’ils n’ont pas le temps de s’en vanter, comme le très humble Daniel Notkin!

Un livre magnifique et délicieux

Parcourir le livre de Valentine c’est non seulement en apprendre plus sur les côtes et ses habitants de la terre et de l’eau, c’est aussi un album photo qui donne envie de tout laisser derrière et de partir à l’aventure. Les recettes proposées ont été développées par Valentine pendant ses voyages en ayant à sa disposition peu d’équipements et d’ingrédients. Si ça se fait sur un barbecue, ça se fait sûrement dans votre cuisine, aussi rudimentaire qu’elle soit. Et c’est ça qui est magnifique: la simplicité peut être à la fois délicieuse et écoresponsable.

Burger de poisson à la Valentine
Photo : Passion MTL

En attendant de vous procurer le livre de Valentine prenez le temps d’écouter l’entrevue qu’elle a accordé à Medium Large. Est-ce que cela vous donne faim tout en vous donnant  le goût de sauver nos océans? Moi oui!

Pour en savoir plus sur la bouffe à Montréal, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *